2035, interdiction du moteur thermique

PODCAST-2035-interdiction-moteur-thermique-2022

L’interdiction du moteur thermique et la dépendance au pétrole

Le Parlement européen a voté l’interdiction de la vente de véhicules à propulsion thermique à partir de l’année 2035 ; donc, pour beaucoup d’automobilistes qui ne virevoltent pas d’un véhicule à l’autre, presque demain, sinon dès leur prochain véhicule, au moins dès celui d’après. On sait l’influence qu’exercent les lobbies dans ce parlement, suivant une tradition toute anglo-saxonne qui y voit un signe de bonne démocratie, ainsi ne peut-on pas s’étonner d’avoir entendu le lobbyiste britannique Alex Keynes – eh oui, car la Grande-Bretagne a quitté l’Union, mais ses lobbies y exercent encore – déclarer qu’il y voyait une occasion historique de mettre fin à notre dépendance au pétrole.

Alex Keynes est un ancien acteur du Monde de Narnia, ce qui ne l’a guère préparé aux réalités économiques, mais il a été par la suite assistant parlementaire européen, du temps que son pays appartenait encore à l’Union, et il est surtout le descendant de l’illustre économiste du même nom. Ces deux qualités, l’une acquise, l’autre innée, auraient pu l’instruire de trois choses.

D’abord, le fait de ne plus du tout utiliser de carburant thermique ne ferait que réduire – certainement pas mettre fin à – notre dépendance au pétrole, en notre âge du plastique où le pétrole n’est pas seulement une source d’énergie, mais la reine de nos ressources, accompagnant notre développement tel que nous le vivons depuis un siècle.

 

L’interdiction du moteur thermique et les véhicules électriques

Ensuite, serons-nous capables d’appliquer cette loi en 2035 ? Plusieurs obstacles se dresseront devant nous, au moins trois, là encore. Un véhicule électrique coûte 40% plus cher que les autres : l’obligation de l’acheter en ces temps d’inflation risque bien d’élargir la fracture sociale. En France, nous avons 60.000 bornes d’approvisionnement en électricité automobile, mais il en faudrait 1 million pour répondre à la demande du tout électrique : aurons-nous le temps de les installer, et en aurons-nous les moyens sur cette durée record ? Et même en imaginant que ce chiffre sera atteint, dans l’état actuel de nos compétences, il faut une demi-heure pour recharger sa batterie, à comparer avec les quelques petites minutes pour faire le plein d’essence : on imagine les fantastiques bouchons qui se créeront aux périodes de transhumances, dans ce pays qui, de par sa situation géographique, détient le record des traversées touristiques. Encore une fois, on affecte d’ignorer la médiocre performance dont nos technologies sont actuellement capables dans le domaine des énergies renouvelables, pour espérer échapper aux émissions de carbone par un grand saut dans le vide.

 

Problème : la fabrication de l’électricité

Enfin, à propos de ces émissions, on sous-estime la part que prennent les énergies polluantes dans la fabrication de l’électricité : la France, avec son parc nucléaire – d’ailleurs insuffisant – est une exception ; partout ailleurs, en Allemagne qui est la première puissance économique du Continent, les centrales à charbon jouent un rôle prépondérant. Ainsi, accoucher aux forceps de la voiture électrique dans un délai aussi court contribuera à augmenter fortement les émissions de carbone. Et nous ne parlons pas, bien sûr, de l’avance technologique que l’Europe a aujourd’hui sur ses concurrents dans le domaine automobile : un patrimoine qu’elle se dispose à détruire elle-même.

Certes, l’électricité est peut-être ou sans doute l’avenir, mais encore faut-il se donner les moyens de la produire, et s’agissant de l’automobile, qui dans la France périphérique est le seul soutient de l’homme, le changement par glissando serait préférable au saut périlleux.

 

Sources :

• https://www.automobile-propre.com/breves/le-parlement-europeen-vote-linterdiction-des-voitures-thermiques-en-2035/#:~:text=Pr%C3%A8s%20d’un%20an%20apr%C3%A8s,thermique%20%C3%A0%20l’horizon%202035.

• https://www.largus.fr/actualite-automobile/fin-du-thermique-en-2035-le-parlement-europeen-valide-la-mesure-30000257.html

• https://www.liberation.fr/environnement/pollution/le-parlement-europeen-vote-linterdiction-de-la-vente-des-vehicules-thermiques-neufs-en-2035-20220608_3XAMNODNPVCLPMA6OYCLQ7TFHU/

 

Pour écouter + de podcasts, rendez-vous sur la page Actus de l’ISEADD.