Gestion de l’Eau, de l’Energie et des Déchets 

PODCAST-eau-energie-dechets

 

En quoi consiste la gestion de l’Eau, de l’Energie et des Déchets ? 

La gestion de l’eau, de l’énergie et des déchets est une préoccupation majeure des sociétés modernes. Bien sûr, cette préoccupation n’est pas nouvelle : à Paris, en 1185 déjà, le roi de France Philippe-Auguste ordonnait que l’on cesse de jeter les déchets par la fenêtre et qu’on les entasse dans des fosses adaptées. Mais avec le progrès, et surtout l’industrialisation, l’enjeu est devenu beaucoup plus important aujourd’hui. 

L’idée générale est d’inclure ces trois domaines : eau, énergie et déchets, dans une dynamique de développement durable obéissant à la logique des Trois R : Réduire, Réutiliser, Recycler.  

L’eau : une ressource essentielle à la vie

S’agissant de l’eau, l’objectif est d’apprendre non plus seulement à la rendre potable, mais à la remettre en circulation, par la main de l’homme, sans se reposer sur le seul cycle naturel de l’évaporation et de la pluie. Nous savons en effet qu’il peut exister, par exemple, des pluies acides quand l’eau est polluée. Il s’agit également d’économiser cette ressource, certes abondante en France, mais rare sous d’autres cieux. Dans ce traitement général, les entreprises françaises occupent un rang mondial de premier plan en termes de parts de marché, mais la formation que nous dispensons est plus volontiers tournée vers le traitement local des eaux usées, la distribution optimisée de cette ressource et son utilisation de plus en plus respectueuse de notre cadre de vie. Cela explique l’intérêt que notre cycle inspire à nombre de nos étudiants de l’ISEADD venus de l’étranger et décidés à y retourner après leur formation pour contribuer au développement de leur pays.

Recycler et réutiliser pour préserver l’avenir

L’énergie est le cœur même du développement industriel, et sous cette perspective, l’expérience a montré que sa production est un puissant facteur de dégradation de l’espace environnant.  De surcroît, son gaspillage conduit à une surconsommation qui se répercute sur les coûts de revient de l’activité. Ainsi le développement durable peut-il se mettre au service de la rentabilité économique ? Il n’en est pas l’ennemi, bien au contraire, il l’améliore considérablement. 

Le traitement des déchets s’est imposé comme une préoccupation majeure à nos sociétés entrées dans l’ère industrielle, dans cet « âge du plastique », si l’on peut s’exprimer ainsi, après les âges de pierre, du bronze et du fer. Le temps n’est plus où les chiffonniers suffisaient à récupérer et recycler les matières usagées. Ce métier n’a pas vraiment disparu en prenant une apparence plus moderne, mais il ne suffit plus, il est désormais indispensable de viser vers le haut, vers la fin des déchets, en élaborant un processus appelé aujourd’hui – dans notre monde américanisé – « Cradle to cradle », c’est-à-dire « du berceau au berceau ».

Recycler à l’infini, tel est le grand enjeu contemporain : de son côté, la science y travaille, et pour notre part, l’Institut Supérieur d’Etude en Alternance du Développement Durable forme les managers qui doivent l’encadrer, le prendre en charge dès le début de leur cursus, au sein de leurs entreprises. 

Consultez notre page dédiée au Mastère MS Management Durable de l’Environnement, de l’Énergie, de l’Eau et des Déchets.